?var_mode=calcul

La France reste le leader européen de la vivisection

Le septième rapport de Commission Européenne concernant le nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales et à d’autres fins scientifiques dans les Etats membres de l’Union Européenne, rendu public le 5 décembre 2013, souligne que 11,5 millions d’animaux ont été sacrifiés en 2011. Malgré les promesses de la Commission de réduire significativement le nombre d’animaux utilisés, il s’agit d’une baisse dérisoire d’un peu moins de 52 000 animaux épargnés en 2011 par rapport aux 12 millions d’animaux sacrifiés en 2008. La France reste le leader de la vivisection au sein de l’Union Européenne avec 2,2 millions d’animaux, suivie de près par l’Allemagne (2.07 millions) et le Royaume-Uni (2.05 millions). En savoir plus

France 5 diffuse des expériences cruelles pratiquées par le CNRS sur des rats

Le documentaire "Le manque de sommeil nuit" concernant les méfaits du manque de sommeil, diffusé par France 5 le 4 juillet 2013 (rediffusion le 22 juillet à 5h50), contient des séquences montrant des expériences cruelles pratiquées sur des rats par les équipes du chercheur Pierre-Hervé Luppi du CNRS. Images à l’appui, certaines séquences ont montré la difficulté de rats privés de sommeil à accomplir les mêmes performances que des rats non privés de sommeil. Le commentateur indique que les équipes ont notamment observé qu’en empêchant un rat de dormir, il meurt en moins de trois semaines !

Il est déplorable, aussi bien sur un plan pédagogique, scientifique, qu’éthique, que France 5 ait relayé ces expériences dans le cadre de la diffusion du documentaire. En effet, ces expériences ne présentent ni intérêt scientifique, ni pédagogique, car les méfaits du manque de sommeil sont déjà scientifiquement avérées et connus du public. Il est éthiquement inacceptable de laisser mourir des rats ou de les priver de sommeil pour dresser ces conclusions évidentes.

Comme l’a déjà fait Destination Enfer, merci d’écrire au service téléspectateurs de France 5

Initiative Européenne pour abolir la vivisection

JPEG - 23.1 ko

Les citoyens de l’Union Européenne se mobilisent pour abolir la vivisection : depuis avril 2012 une initiative européenne a été lancée afin de récolter un million de signatures à travers l’Europe. L’initiative vise à obtenir une révision de la réglementation européenne concernant l’expérimentation animale. En effet la nouvelle directive réglementant l’utilisation des animaux à des fins scientifiques (Directive 2010/63/EU), qui est entrée en vigueur au 1er janvier 2013 dans tous les Etats Membres, est dénoncée par de nombreuses associations de défense animale qui critiquent son insuffisance. Le but de l’’initiaitve européenne lancée en 2012 est d’inviter la Commission Européenne à réviser la législation concernant l’expérimentation animale en Europe.

L’initiative doit obtenir un million de signatures à travers l’Union Européenne d’ici le 1er Novembre 2013 pour pouvoir être présentée à la Commission. En tant que citoyen européen, agissez contre la vivisection !

Signer l’initiative Stop Vivisection

La fin des tests sur les animaux pour les produits cosmétiques en Europe : une victoire historique

JPEG - 12.4 ko

‪Destination Enfer se réjouit que l’interdiction de commercialiser des produits cosmétiques testés sur les animaux soit enfin pleinement entrée en vigueur ‬

Depuis ce lundi 11 mars 2013, plus aucun nouveau produit cosmétique testé sur des animaux ne peut être mis sur le marché de l’Union Européenne. Cette interdiction porte aussi bien sur les produits finis que sur les ingrédients des produits cosmétiques.

L’Union Européenne envoie un signal fort en reste du monde, en prouvant qu’il est possible de bannir l’expérimentation animale dans le domaine de l’industrie cosmétique.

En savoir plus

Air Canada pourra définitivement cesser de transporter des animaux vers les laboratoires de recherche

JPEG - 50.2 ko

L’office des transports du Canada dans sa décision du 20 décembre 2012 a estimé que la compagnie aérienne Air Canada a le droit de refuser de transporter des animaux vers les laboratoires. Cette décision intervient après que l’Agence de Santé Publique du Canada et l’Université Queen’s (Kingston, Ontario) ont décidé de porter plainte auprès de l’office des transports du Canada pour une révision injuste, inéquitable et excessivement discriminatoire des régimes tarifaires d’Air Canada. En effet, l’Agence de Santé Publique et l’Université Queen’s se sont opposées à la décision prise par la compagnie aérienne fin novembre 2011 de ne plus transporter de primates destinés à la recherche. Ces nouvelles dispositions auraient dû entrer en vigueur le 10 janvier 2012, mais l’Office des Transports a suspendu leur application en attendant de rendre sa décision. Le 20 décembre, l’Office a jugé que les nouvelles conditions tarifaires mises en place par Air Canada n’étaient pas injustes, inéquitables et excessivement discriminatoires à l’égard des plaignants et donc que la compagnie n’est pas tenue de transporter des primates non humains vers les laboratoires de recherche.

La décision de l’Office des Transports implique qu’Air Canada pourra désormais cesser de transporter des animaux destinés à la recherche scientifique. La compagnie aérienne a choisi de s’aligner sur d’autres compagnies internationales comme British Airways ou United Airlines après avoir reçu plus de 47000 lettres de protestations, certains usagers menaçant de ne plus voyager avec la compagnie. Destination Enfer avait également interpellé plusieurs dirigeants d’Air Canada pour dénoncer le trafic odieux d’animaux auquel se livrait la compagnie et leur demander de l’abolir définitivement. Face à cette mobilisation massive et le risque avéré de perdre des passagers, la compagnie a finalement décider de mettre fin à cette pratique. La décision de l’Office des transports est donc une victoire qui permettra à Air Canada de rejoindre la liste croissante des compagnies ayant cessé de transporter des animaux vers les laboratoires de recherche.

En savoir plus sur le transport aérien des animaux

Tonio Borg, nouveau Commissaire Européen à la Santé, favorable au maintien de l’échéance 2013 pour l’interdiction de commercialisation de cosmétiques testés sur les animaux

Tonio Borg, Vice-Premier Ministre maltais depuis 2004, vient de succéder à John Dalli au poste de Commissaire Européen en charge de la Santé et de la Politique des Consommateurs. John Dalli a démissionné de son poste en octobre 2012 suite à des accusations de corruptions liées à un trafic d’influence autour de la législation européenne sur le tabac.

La nomination du Commissaire Borg intervient au moment crucial où l’interdiction totale de commercialiser des cosmétiques testés sur des animaux doit prendre pleinement effet en mars 2013. En effet, les produits ayant fait l’objet de tests de toxicité en dehors de l’Union Européenne peuvent encore être commercialisés jusqu’au 11 mars 2013 ; toutefois l’échéance pourrait être repoussée si des méthodes alternatives n’ont pas encore été validées à cette date. Entendu par le Parlement Européen le 13 novembre 2012, Tonio Borg a réaffirmé dans son courrier du 17 novembre aux membres du Parlement qu’il soutenait maintenir l’échéance du 11 mars 2013 pour définitivement interdire la commercialisation de produits cosmétiques testés sur les animaux.

Destination Enfer a écrit à Tonio Borg pour le féliciter pour sa position, ainsi que pour lui demander de maintenir l’échéance du 11 mars 2013. Vous pouvez également écrire à Tonio Borg pour lui demander de ne pas reporter l’interdiction de mise sur le marché de cosmétiques testés sur les animaux : CAB-BORG-WEBPAGE@EC.EUROPA.EU

En savoir plus sur la directive cosmétiques

A-Z : C comme Cobayes

Une nouvelle vidéo en ligne sur la partie jeune site du Parlement européen met en avant le développement des méthodes substitutives aux expériences sur les animaux et rappelle la souffrance des animaux dans les laboratoires. Pour rappel, Destination Enfer, comme de nombreuses associations, a dénoncé la nouvelle directive européenne sur l’expérimentation animale, très influencée par le lobby pharmaceutique et les fournisseurs d’animaux. Lien sur le site du Parlement européen.

La vidéo en français de Safer Medicines expose les méthodes alternatives aux expérimentations sur les animaux et les risques liés à ces dernières

Safer Medecine Trust est une association ayant pour but d’améliorer la santé humaine et de protéger les patients tout en s’assurant que toute recherche médicale est pertinente pour l’homme. En effet, les méthodes actuelles de test des médicaments, qui sont très largement testés sur des animaux, ne sont pas fiables en matière de détection des risques liés à la santé humaine. C’est ainsi que les tests sur les animaux sont de plus en plus controversés : sur le plan éthique, du fait des souffrances inacceptables qu’ils font subir aux animaux, mais également sur le plan scientifique, du fait que ces tests se sont révélés peu fiables. D’autres méthodes, moins cruelles et plus sûres, ont été mises au point. Cette vidéo très claire et sous-titrée en français expose les tenants et les aboutissants du sujet.

Le DVD peut être commandé auprès d’Antidote Europe.

Révélations sur la souffrance des rongeurs

Afin de dévoiler ce qui se cache derrière les portes fermées des laboratoires, 8 enquêteurs ont mené une série d’investigations dans les principales universités israéliennes qui pratiquent des expériences sur les animaux. Il faut rappeler que des faits similaires ont lieu dans beaucoup de laboratoires dans le monde, et notamment en Europe. On y voit des rongeurs, principales victimes de la vivisection, qui subissent diverses expériences traumatisantes provoquant douleur et souffrance. Pour en savoir plus

Mise en garde : les vidéos contiennent des scènes choquantes.

Le Parlement européen rejette une opportunité exceptionnelle de protéger les animaux dans les laboratoires

La Directive européenne 86/609/CEE qui régit l’expérimentation animale en Europe, actuellement en vigueur, date de 1986, soit 23 ans. Sa révision était indispensable à la vue des progrès effectués ces dernières années en matière de recherche substitutive aux expérimentations animales et de la volonté du public de mieux protéger les animaux.

Cependant, sous la pression des lobbies industriels et des fournisseurs d’animaux, de très nombreux amendements à la proposition de la Commission européenne ont été votés par des députés européens de la Commission AGRI. La proposition de la Commission européenne, qui était déjà peu ambitieuse pour Destination Enfer, se retrouve aujourd’hui saccagée par des amendements allant à l’encontre totale de la protection des animaux. Le rapporteur Neil Parish avait indiqué que cette directive devait s’assurer que les tests conduits sur les animaux soient aussi humains que possible et pourtant, il suffit de constater par ce qui a été voté au parlement européen que l’on en est très loin.

Parmi les amendements retenus par les députés européens, Destination Enfer déplore :
- l’autorisation de faire souffrir les animaux de façon sévère et prolongée,
- l’arrêt à nouveau retardé de l’approvisionnement en primates capturés dans la nature,
- la réduction des justificatifs scientifiques pour expérimenter sur les primates,
- la réutilisation de la plupart des animaux pour les expériences sauf dans quelques formes d’expérimentation,
- la non nécessité d’obtenir des autorisations pour de nombreux tests sur les animaux.

Ces points montrent que les animaux vont encore souffrir terriblement dans les laboratoires lors de la prochaine décennie. Cela est d’autant plus injustifiable que des scientifiques ont pourtant contesté les différents amendements à la proposition de la Commission européenne, qui allaient à l’encontre de la protection des animaux ou qui stipulaient que la recherche en Europe serait affaiblie.

Face aux lobbies pro-vivisection, la mobilisation du plus grand nombre, et ce tout au long de l’année, est nécessaire pour que nous puissions obtenir des avancées !

L’enquête "Sauvez les primates" dénonce la vivisection sur les primates

Les associations Animal Defenders International (ADI), National Anti-Vivisection Society (NAVS) et Lord Dowding Fund for Humane Research ont publié et présenté au Parlement européen les résultats d’une enquête, montrant chaque phase de la filière de la vivisection sur les primates, des fournisseurs aux laboratoires.

La vidéo en version française :

Enquête du journal mauricien L’Express sur les primates

L’hebdomadaire L’Express, de l’île Maurice, a mené fin août 2006 une enquête intitulée "Singes du paradis à l’enfer", sur le commerce de primates destinés aux laboratoires pratiquant encore la vivisection :

- Singes du paradis à l’enfer : Article 1 et Article 2

- Interview de l’un des responsables de Destination Enfer.

- Réaction des lecteurs

Alors que l’opposition est grandissante, combien de temps encore le gouvernement mauricien se rendra t-il complice de ce trafic de la honte ?

Un trafic mondial d’animaux

Singe derrière des barreauxDepuis plusieurs années, des enquêtes ont permis de montrer la provenance des animaux des laboratoires européens. Les investigations ont dévoilé un trafic de l’ombre très lucratif, où les animaux, arrachés à leur milieu naturel ou provenant d’élevages, sont importés par un petit réseau de compagnies aériennes. En soute, les animaux apeurés stressent dans des cages, en attendant d’être torturés dans les laboratoires des universités ou des entreprises qui pratiquent encore la vivisection. Tout cela se déroule au nez et à la barbe des millions de touristes qui, chaque année, empruntent les transports aériens. L’Ile Maurice et la Chine sont les principaux pays qui exportent des singes vers les laboratoires européens et américains.

| Plus

Lettre d'information

Recevez par mail l'actualité de Destination Enfer



Réseaux sociaux

Nous espérons vous compter parmi nos amis et fans !


Facebook

Twitter