Fin des tests pour les produits cosmétiques

Depuis le 11 mars 2013, plus aucun nouveau produit cosmétique testé sur des animaux ne sera commercialisé au sein de l’Union Européenne. Cette interdiction porte aussi bien sur les produits finis que sur les ingrédients des produits cosmétiques.

L’interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques

Depuis 2003, un échéancier avait été introduit pour progressivement bannir les tests sur animaux pour les produits cosmétiques. Cela fait suite à la réforme de la directive européenne 76/768/CEE de 1976 dite "Directive cosmétiques". Le 7ème amendement de cette directive a introduit une double interdiction au sein de l’Union Européenne.

Tout d’abord, une interdiction de réaliser des tests sur les animaux au sein de l’Union Européenne. Depuis le 11 septembre 2004 il est prohibé de recourir à l’expérimentation animale pour les produits cosmétiques finis, et cette interdiction a été étendue au ingrédients ou combinaisons d’ingrédients depuis le 11 mars 2009.

Le 7ème amendement de la Directive Cosmétique a également introduit une interdiction de mise sur le marché de produits cosmétiques testés sur les animaux. Cette interdiction vaut depuis le 11 mars 2009 aussi bien pour les produits cosmétiques finis que les ingrédients de ces produits. Cependant, une dérogation était prévue jusqu’au 11 mars 2013 pour les tests de toxicité, particulièrement cruels et douloureux pour les animaux.

L’Europe, un exemple à suivre

Depuis le 11 mars 2013, l’Europe est donc devenue le plus grand marché mondial prohibant la vente de produits cosmétiques testés sur les animaux. L’Union Européenne envoie un signal fort au reste du monde, en prouvant qu’il est possible de remplacer l’expérimentation animale par des méthodes alternatives fiables, moins onéreuses et plus sûres pour l’homme. En effet, cette interdiction oblige désormais les entreprises produisant des produits cosmétiques, aussi bien au sein de l’Union Européenne qu’en dehors, à avoir recours à des méthodes alternatives pour pouvoir commercialiser leurs produits en Europe. Les sociétés cosmétiques peuvent cependant continuer de vendre des produits contenant des ingrédients ayant été testés avant le 11 mars 2013.

Toutefois les entreprises européennes peuvent encore pratiquer des tests sur les animaux pour les produits destinés aux marchés non européens. Il est en effet possible de commercialiser des produits cosmétiques testés en dehors de l’Union Européenne, et la législation de certains pays rend même ces tests obligatoires (comme la Chine). Destination Enfer espère que l’exemple de l’Union Européenne va servir de modèle à l’international, afin que les entreprises internationales et les autres pays renoncent à leur tour à l’expérimentation animale pour les cosmétiques.

Pour en savoir plus sur la réglementation





Recevez notre actualité par mail


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !


Facebook

Twitter

Google+